Catégories
Info du Japon

Au-delà des 23 quartiers de Tokyo: explorer l'ouest de Tokyo et ses îles éloignées

Tokyo est bien plus vaste que ce que vous pouvez voir du haut de l'un de ses nombreux gratte-ciel, même par temps clair.

Un voyage à Tokyo peut devenir fou – du défilé confus et éclairé de néons et des rues piétonnes de Kabukicho à la mode sauvage de Harajuku et aux foules animées qui se pressent à travers le Scramble Crossing de Shibuya.

Ces attractions figurent sur la liste de la plupart des touristes, mais la capitale du Japon, qui compte environ 14 millions d'habitants, est encore plus étendue que vous ne le pensez. Tokyo a vraiment tout pour plaire, avec des paysages qui comprennent de vastes montagnes, des forêts luxuriantes et même des îles subtropicales.

Une vue depuis les derniers étages du Tocho, ou le bâtiment du gouvernement métropolitain de Tokyo à Shinjuku – le plus haut hôtel de ville du monde – ne révélera pas tout. Cependant, il offre des vues panoramiques juste au-delà de la jungle de béton de la ville en contrebas – un bon point de départ.

Prêt à en explorer davantage?

Région de Tama

Okutama en automne.

La région de Tama englobe toutes les zones de Tokyo à l'ouest des 23 quartiers. Montez à bord d'un train JR Chuo en direction ouest à la gare de Shinjuku. Il vous mènera à la gare de Takao, offrant un accès pratique à Mont Takao, une destination d'excursion d'une journée de choix à Tokyo. Bien sûr, le mont Takao est déjà dans les montagnes, mais vous n’échappez pas encore à la foule de Shinjuku.

Changement à Tachikawa pour la ligne Ome. Cela vous conduit dans une région beaucoup plus calme. Ome est une petite ville pittoresque qui se distingue par toutes les affiches de films classiques d'Hollywood et japonais peintes à la main situées à presque tous les coins. Il s'agit du travail d'un artiste basé à Ome formé dans le métier dans les années 1960, à l'époque des réalisateurs japonais comme Akira Kurosawa et Seijun Suzuki.

Après une courte visite, vous souhaiterez sans aucun doute approfondir votre exploration. Depuis Ome, prenez la ligne Okutama. Envisagez un arrêt à la gare de Mitake pour monter Mont Mitake, qui abrite une ancienne combinaison impressionnante de sanctuaires shintoïstes et de temples bouddhistes offrant de nombreux shukubo, ou maisons d'hôtes de pèlerins bouddhistes, ouvertes aux touristes. Étant sur le mont Mitake, vous pouvez encore apercevoir Tokyo Skytree au loin par temps clair, mais on a déjà l'impression d'être à des années-lumière de la ville.

Lac Okutama

Okutama est de loin la plus grande mais, en même temps, la ville la moins peuplée de la métropole de Tokyo. Elle est connue pour ses montagnes, ses forêts, ses petites colonies et ses superbes sentiers de randonnée.

Le sentier le plus populaire est le Old Okutama Michi, en suivant l’ancienne route Koshu Kaido, une route commerciale reliant Edo aux riches terres agricoles de l’Ouest. Aujourd'hui, c'est une randonnée en montagne tranquille et facile de neuf kilomètres de la gare d'Okutama (où vous pouvez obtenir des cartes) à Lac Okutama, un réservoir géant entouré par les forêts nationales de Chichibu-Tama-Kai.

À l'ouest du lac, vous atteindrez la frontière préfectorale pour Préfecture de Yamanashi. Vous avez maintenant atteint la fin de Tokyo.

Mont Kumotori, la plus haute montagne de Tokyo

Mont Kumotori

Pour se rendre à Mont Kumotori (La plus haute montagne de Tokyo à 2 017 mètres), prenez le train jusqu'à la gare d'Okutama. Vous pouvez commencer la randonnée à partir de là, en empruntant le long itinéraire qui suit la crête d'Ishione et prend plus d'une demi-journée à marcher.

Vous pouvez également prendre le bus pour le petit hameau de Kamosawa. De là, la montée dure environ sept heures. Ce n’est pas une promenade dans le parc. Raide dans certaines parties, c'est une randonnée sérieuse, même pour les expérimentés. Équipez-vous d'un équipement de randonnée complet et prenez beaucoup d'eau. Prenez les précautions appropriées contre les ours et les sangliers sauvages comme attacher une cloche à votre sac à dos qui alertera les animaux de votre présence. Vous ne voulez certainement pas de réunions surprises.

Les «arbres dansants» du mont Kumotori.

En cas d'urgence, les équipes de secours mettront des heures à vous rejoindre. C’est peut-être encore Tokyo, mais vous êtes en pleine nature, loin du confort de la ville.

Au sommet du mont Kumotori, aux frontières de Tokyo-to, Yamanashi et Saitama les préfectures convergent. Ici, il y a un refuge de montagne qui propose de la nourriture et du logement.

Hachijojima n'est qu'à quelques minutes de vol de Tokyo.

Le littoral de Kanagawa se confond avec la baie de Tokyo à l'ouest et la côte rocheuse de Chiba à l'est, mais les îles périphériques font toujours partie de Tokyo. Les plus proches sont les Îles Izu.

En prenant un ferry, l'île la plus grande et la plus accessible à atteindre est Izu Oshima. L'île la plus au nord d'Izu est un endroit charmant pour faire de la randonnée, riche d'une nature calme qui vous fait vous sentir loin de la vie urbaine. Assurez-vous de prendre un bain au bord de la mer, en plein air Hama-no-yu bain de source chaude. Le climat semble déjà subtropical même si Izu Oshima est toujours à portée d'un week-end facile depuis le centre de Tokyo.

Plus bas se trouve la plus méridionale des îles Izu, Aogashima. C’est un affleurement volcanique rocheux, souvent décrit comme l’île la plus inaccessible de la chaîne d’Izu.

Photo:
Aogashima

Des petits ferries vous y emmèneront des voisins Hachijojima (accessible en avion), mais uniquement les jours où les vagues ne sont pas trop hautes. Ainsi, de nombreux visiteurs optent pour le transport par hélicoptère depuis Hachijojima.

La randonnée sur les parois escarpées du cratère d'Aogashima est spectaculaire. La nuit, asseyez-vous avec les habitants de l'un des deux izakaya (pub) pour un produit local shochu (Esprit japonais distillé à partir de patates douces ou de riz) ou contemplez le ciel incroyablement étoilé de l'extérieur de votre tente au camping.

Îles Ogasawara

Pouvez-vous croire que vous êtes toujours à Tokyo?

le Îles Ogasawara prendre facilement la couronne en tant que destination la plus éloignée de Tokyo accessible aux visiteurs. S'y rendre signifie un trajet en ferry de 24 heures depuis le port de Tokyo, couvrant une distance de plus de 1000 kilomètres. Les habitants de Chichijima, le principal port de l’île principale, accueille tous les ferries hebdomadaires de Tokyo avec enthousiasme. C’est leur connexion au monde.

Il y a beaucoup de maisons d'hôtes à Chichijima, une île de la jungle dans les mers du sud avec un littoral accidenté et de nombreux sites de plongée.

Chichijima se traduit par «Île Père», et oui, il y a aussi Hahajima («Île Mère»), un endroit encore plus éloigné accessible uniquement par ferry depuis Chichijima.

Jusqu'au début du XIXe siècle, les îles de la chaîne d'Ogasawara étaient inhabitées. Les premiers colons à arriver étaient des baleiniers de Boston dans les années 1830. Ils ont transformé les îles en plaque tournante de la chasse à la baleine, se faisant parfois attaquer par des pirates. Le Japon de l'ère Edo tolérait les baleiniers, mais le nouveau gouvernement Meiji prit officiellement possession du territoire dans les années 1870.

Après la Seconde Guerre mondiale, les îles Ogasawara ont été occupées par les États-Unis mais sont retournées au Japon en 1968 – au grand désarroi des descendants encore anglophones des anciens baleiniers de Boston. Aujourd'hui, le japonais est la langue dominante, bien que les connexions passées soient toujours présentes et palpables si vous parlez à des personnes ayant des racines de longue date sur l'île.

Iwo Jima et au-delà

Photo:
Une photo aérienne d'Iwo Jima.

Iwo Jima (connu au Japon sous le nom d'Iwo To), le célèbre site de bataille de la Seconde Guerre mondiale connu pour la photo emblématique d'un groupe de Marines brandissant le drapeau américain, est situé au sud des îles Ogasawara.

Malheureusement, le tourisme sur l’île n’est pas possible. L'île entière est une installation militaire désignée, partagée par les forces aériennes japonaises et américaines. Ce n'est que pendant les cérémonies annuelles du souvenir de la guerre que les anciens combattants survivants et leurs descendants peuvent visiter l'île.

Photo:
Vue aérienne de Minamitorishima (1987)

Plus loin encore, Okinotorishima, L'île la plus au sud du Japon et la seule île située sous les tropiques, et Minamitorishima (également connue sous le nom de Marcus Island), L'île la plus orientale du Japon située à mi-chemin d'Hawaï, se trouvent également à l'intérieur des frontières de Tokyo. Bien que petits et interdits aux touristes, ils ont une importance stratégique et géopolitique pour le Japon. Vous pourrez peut-être les repérer depuis les airs en traversant le Pacifique en avion.

Y a-t-il une autre ville au monde prête à rivaliser avec ces extrêmes géographiques?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *